jolies choses

Fantastique ? Policier ? Humour ? Mon univers d’écriture

Fantastique ? Policier ? Humour ?

Mon univers d’écriture

IMG_4220
les feuilles d’automne

 

On reconnaît très souvent les auteurs à leur signature, leur style d’écriture. Ils excellent dans un genre littéraire en particuliers mais ils sont souvent coincés dans des cases.

C’est ce qu’explique très bien, l’autrice de la série « Tara Duncan » Sophie Audoin-Mamikonian, sur son blog. A la base, les auteurs aiment les mots, raconter une histoire avec ces mots. Ils les trouvent jolis, ils les assemblent, les délient, les admirent. Ce sont des mécaniciens de la langue, des constructeurs, des créatifs. Tel mot en épouse un autre et c’est joli.

Enfin, ils aiment qu’on écoute leur histoire.

Depuis que je parle ouvertement de mon écriture, mes interlocuteurs me demandent dans quelle case on peut me ranger.

« J’écris des textes différents les uns des autres, dans plusieurs genres.

  • Tu pars dans tous le sens ? »

Non.

Je suis fidèle à ma personnalité : curieuse, intéressée, mouvante.

Une exploratrice. J’écoute mon intuition, mon cœur, mes envies.

 

IMG_3844
les intuitions

 

 

Au final, tu écris quoi ?

A l’âge de 9 ans, lorsque que je savais lire, écrire et coder des mots, je remplissais des cahiers d’écolier : avec des histoires inventées, avec des histoires entendues que je racontais « à ma sauce ».

Je voulais déjà écrire un roman. Mais à 9 ans, je ne me rendais pas vraiment compte de l’ampleur de la tâche.

A 12 ans, je découvrais la poésie. J’intégrais un cercle de poètes. La poésie est devenue ma passion pendant 4 ans.

A nouveau, je voulais écrire un roman. Une grande histoire. Un gros livre. Un vrai.

Il y a eu des tas de débuts, restés en suspens. Où aller ?

A 19 ans, je l’ai écrit. Aller au bout a été un déclencheur. De ce jour, l’écriture a été plus fluide. Encore imparfaite, toutefois les idées affluaient.

 

On dit qu’il est plus difficile d’écrire pour les enfants que pour les adultes.

Pas vraiment.

Je me suis épanouie à écrire des histoires pour mes filles, à les améliorer, les peaufiner suite à leurs (bonnes) critiques. Nos échanges sont riches, chacune apporte sa vision, ses idées. Quel partage !

Et je crois, finalement, que l’imagination et l’écriture sont des maladies contagieuses.

 

 

Au final, tu écris quoi ? bis !

Je n’écris pas de romans policiers, même s’ils me fascinent. Je n’ai pas l’esprit cartésien, logique pour ça.

 

Par contre,

j’écris des romans contemporains pour les adultes. Ceux-là, je dois remettre les mains dans le cambouis pour les améliorer.

J’écris des paroles de chansons.

J’écris des albums pour la jeunesse, pour les petits.

J’écris des romans pour la jeunesse, pour les plus grands : des romans où l’on rit. Je me suis mise à faire de l’humour.

J’écris des contes.

J’écris des nouvelles (Je participe à deux concours : humoristique et l’autre fantastique).

J’écris des livres pédagogiques. (L’un d’eux vient d’être publié chez RETZ)

J’écris du théâtre pour les petits, des livres de DIY etc.

J’écris un roman fantastique, qui me tient à cœur.

 

J’écris tout ce qui m’anime, tout ce qui est porté en moi, tout ce qui me fait envie, tout ce qui vient à moi, comme un petit message.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s